Les nouvelles politiques – ou plutôt – Les nouveaux scandales politiques

 

Nicolas Hulot – Malaise ou fuite ?

Nicolas Hulot quitte l’hémicycle alors qu’il était confronté à la députée Mathilde Panot (FI) qui lui soumettait des questions embarrassantes sur le discours de son gouvernement en complète contradiction avec son discours personnel. Celui-ci à d’abord demandé une pause et certifié : «Ce n’est pas l’accumulation des questions qui me pose problème mais, pardon de cette spontanéité. Je vous demande cinq minutes».

On ne reverra pas le ministre, qui aurait fait un malaise. Alors vrai malaise ou stratagème pour ne pas répondre à des questions embarrassantes ?

 

Emmanuel Macron aurait déclaré : «C’est du pipi de chat» en parlant du travail actuel de ses ministres

Nos pauvres petits ministres sont sous pression. Notre Président les aurait durement réprimandés. Selon le figaro M.Macron aurait déclaré le 12 juillet au conseil des ministres : « C’est du pipi de chat, ce qui me remonte actuellement de certaines de vos notes » et les aurait achevé avec cette phrase : « Dans six mois, si vous continuez, vous aurez disparu ».

Emmanuel Macron descend de son piédestal. Finie l’euphorie de son élection si largement gagnée. Les sondages montrent un mécontentement grandissant du peuple français fasse aux mesures prisent dernièrement. Sa cote de popularité est en chute libre, et il semble en prendre enfin conscience. Nos ministres vont-ils, suite à ces menaces, retrousser leurs manches et faire enfin du bon travail ?

 

Harlem Désir – Un poste en OR et sans impôts – Qui dit mieux ?

nouvelles politiques

L’ancien petit chouchou de François Hollande a obtenu la semaine dernière un poste au sein de l’OSCE. Rappelons qu’il avait déjà occupé des postes prestigieux comme secrétaire d’état et premier secrétaire du parti socialiste.  Il a donc été nommé mardi au poste de représentant pour la liberté des médias au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Ce poste est équivalent à celui de sous-secrétaire général des Nations Unies. Son salaire annuel sera de  122.195 euros , ce qui correspond à la rétribution d’un ministre en France. Et cerise sur le gâteau, ses 10 000 euros mensuels ne seront pas imposables. Eh oui ! Il a été décidé que ces emplois internationaux étaient exemptés d’impôts sur le revenu. Elle est pas belle la vie ?

Pourtant M.Harlem désir, avait été condamné en 1998, pour emploi fictif rémunéré 8 900 francs de l’époque. Il avait été sanctionné de 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour abus de biens sociaux. Mais ce n’est pas tout, en 1992, il a bénéficié de copain Mitterand, d’une amnistie de dette de 80 000 euros au Trésor Public.

Qui a dit que le crime ne paie pas ?

 

 

Jacques Bompard (FN) veut contourner la loi et choisir sa remplaçante à l’Assemblée

 

M. Bompard avait été élu député en juin dernier, a démissionné et vient de se faire réélire Maire d’Orange. nouvelles politiques

Le plan de M. Bompard, assez machiavélique il faut bien le reconnaître, contournerait la nouvelle loi de non cumul des mandats. 

  • Se faire réélire par le conseil municipal  (c’est fait)
  • Continuer à agir à l’Assemblée par le biais de sa suppléante. Pour lui elle ne serait qu’une marionnette soumise à ses ordres (c’est sympa pour elle!).

Après avoir déclaré que la loi sur le non-cumul des mandats est une “ignominie”. M. Bompard voudrait installer sur son siège de député vaquant sa suppléante. Selon Guillaume Tusseau, professeur de droit public à Sciences Po et spécialiste du droit constitutionnel, le suppléant n’exerce ses fonctions, de la personne avec laquelle elle a été élue, que dans un certain nombre d’hypothèses, et la démission de l’élu n’en est pas une. Et d’ajouter  : “On n’est pas propriétaire de son mandat électoral, on ne peut pas le donner de cette manière”.

Mais que cherche donc M.Bompard ? A avoir le beurre et l’argent du beurre ? Car celui-ci a déjà sous sa botte Orange et ses environs. En effet, sa famille domine les postes clés de la région : Marie-Claude Bompard, reconduite dans son siège de conseillère départementale à Bollène, ville qu’elle dirige depuis 2008, et leur fils Yann Bompard, élu dans le canton d’Orange en mars dernier.

Plus ils en ont, plus il leur en faut ! Al Capone n’aurait pas fait mieux.

 

J’arrête pour cette semaine, je crois que je vais faire un malaise à la Nicolas Hulot. Sauf que moi c’est pour aller vomir.