SEXISME au travail ” Y’EN A MARRE !”- Mon expérience personnelle

Marre du sexisme au travail !  sexismeMesdames ne laissez plus jamais certains hommes vous rendre malheureuses. Au travail comme à la maison. Nous leur sommes supérieures de tellement de manières, sauf sur une seule question, nous sommes plus sensibles. Donc plus de pitié et battez-vous !

 

Sexisme au travail :

On parle de plus en plus du sexisme au travail. Dans les news actuelles, on nous a informé, que la représentation féminine au cœur des travailleurs du web, était bien inférieure à la norme. Le sexisme dans les grand groupes, est enfin dévoilé, mais toujours pas corrigé.

Cela fait tellement d’années, que le gouvernement vote des lois contre le sexisme qui ne sont jamais appliquées. Il faut quand même reconnaître que depuis les années 50, des progrès ont été effectués. Mais dans l’ensemble, ces avancées ne sont pas suffisantes. Et de loin, il s’en faut !

Les principales discriminations sont : Les salaires moins élevés, les postes à responsabilité refusés aux femmes, le tiers temps qui est le plus souvent proposé aux filles d’Eve, les emplois réservés aux hommes, les tenues féminines imposées, …

Je vais vous exposer mon expérience personnelle qui est assez édifiante, question sexisme au travail.

 

Mon expérience personnelle :

Quand mes études se sont terminées, j’ai eu la chance (le nombre de chômeurs était déjà très élevé) de trouver un contrat renouvelable d’un mois en intérim.

Folle de joie, d’entrer enfin dans le monde du travail, j’étais pleine d’illusions. Oui, car je dois vous dire que le métier que j”avais choisi, n’était occupé que par des hommes. Et ce n’était vraiment pas une époque, ou l’on acceptait qu’une femme fasse un métier d’homme. Cela n’est d’ailleurs que très récemment accepté. Pour les hommes aussi, il faut bien le reconnaitre, une sage-femme-homme par exemple, n’est pas encore passée complètement dans les mœurs.

J’effectuai donc cette mission intérim, et à la fin de mon mois de présence j’allai demander une augmentation. Pourquoi ? Me direz- vous. Tout simplement parce que j’avais un collègue masculin, qui était dans la même société d’intérim et le même bureau que moi et qui lui, avait commencé un mois plus tôt. Bien entendu, nous avons fini par discuter salaires, et là je me suis aperçue que pour la même mission, j’étais rémunérée presque 60% de moins que lui. Je préciserai que nous avions fait les mêmes études, dans le même classe, et que je rendais en une journée, le même travail que lui-même effectuait en une semaine. Donc, très sûre de moi et de ma valeur ajoutée, je demandai une augmentation, pour obtenir les mêmes émoluments que mon collègue. Le lendemain, la réponse me fut donnée (je parie que vous avez deviné), mon contrat n’était pas renouvelé. Naïve que j’étais ! Persuadée que la qualité et la profusion de mon travail avaient été appréciées par l’entreprise, et que jamais, au grand jamais, on me refuserait ce que je considérais comme légitime.

Dans un autre poste, étant toujours la seule femme, j’appris dans un délai d’un mois, que l’homme que je remplaçais, avait un salaire au double du mien. Sympa ! Surtout qu’étant un représentant du sexe masculin, on ne lui avait pas demandé toutes les tâches que l’on m’a rajoutées. Évidemment étant une femme, on m’a confié en plus de mon travail, des fonctions très féminines : accueil, secrétariat et comptabilité, tâches autrefois effectuées par l’épouse du patron. Mais le pire est à venir ! sexismeToute heureuse, un matin j’annonce à mon employeur que je suis en début de grossesse. J’ai bien décelé un soupçon de mécontentement, mais sans plus. Le lendemain a mon arrivée, on m’a priée de changer de bureau. On m’a reléguée dans une pièce minuscule, sans fenêtre, sans téléphone, avec juste une chaise et un tout petit bureau. Pas de possibilité de pouvoir travailler, ni de communiquer. J’étais devenue la pestiférée ! Plus personne ne m’adressait la parole, une guerre des nerfs était lancée pour que je donne ma démission. J’étais jeune, et quand le comptable de l’entreprise est venu au bout d’une semaine, me proposer de transformer mon CDI en CDD, j’ai accepté. Je sais, j’aurais du me battre, mais n’aimant pas les conflits et sachant que la bonne entente ne serait plus jamais possible entre nous, j’ai préféré ce compromis.

Tous les autres emplois que j’ai occupé, se sont déroulés de la même manière au point de vue salaires et ajout de nouvelles tâches. On m’a même demandé une fois de faire le ménage de l’agence en plus. Incroyable, non ?

Mon dernier emploi

Je ne parlerai pas des promotions, qui me passaient toujours sous le nez, au profit d’hommes. Quand j’ai demandé pourquoi ? Il m’a été répondu, qu’un homme était en charge d’une famille, donc qu’il serait toujours prioritaire. Et moi avec mes deux enfants, je n’étais pas avec une famille ? Mais le pire est venu de l’attitude de mes collègues. Il faut savoir que quand êtes une femme et que vous travaillez avec des hommes sans éducation et misogynes, il faut s’adapter. Eux, ne le feront jamais. Il faut en premier se mettre à leur niveau (pas facile), être sympa, mais pas trop non plus. Si vous prenez vos distances, on vous traitera de bêcheuse. sexismeSi vous êtes trop sympa, les hommes se sentiront encouragés et vous feront des propositions indécentes. Rien que le fait de toujours faire attention à son attitude, est épuisant. Il faut faire attention également, à ses toilettes. Pas de tenues affriolantes, que du basique. Vous devez également rire à leurs blagues qui sont toutes de nature paillarde. Et surtout ne jamais changer d’humeur, si eux ont le droit de faire la tête, de se disputer, ou même en venir aux mains, moi pas question. Sinon vous avez droit à des réflexions, genre : “tu as tes règles” (très classe). Mais moi, j’avais besoin de travailler et de gagner mon salaire. Autant vous dire, qu’année après année, même si j’adorais ma fonction, mes semelles étaient devenues de plomb. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, fut ma nouvelle affectation, avec des collègues encore plus “bas de plafond”. Ces nouveaux collègues étaient alcooliques, hé oui ! Il y a encore des endroits où on le tolère. On m’a prévenue, à l’arrivée, ils ne voulaient pas d’une femme, parce que c’est “chiant” et que si je voulais m’intégrer, il faudrait boire comme eux. Je n’allais pas devenir alcoolique, pour leur plaire. En plus, ayant fait l’effort de participer à un de leur pot j’ai compris. Étant la seule femme, et l’alcool aidant, ils sont devenus bestials et indécents. Ils ont tout fait pour que je parte, ils sapaient mon travail, ne faisaient que répandre des rumeurs sur moi, etc. J’ai essayé de me plaindre à ma direction (uniquement masculine évidemment), mais cela s’est retourné contre moi. Je suis devenue celle qui avait mauvais caractère, qui ne supportait rien, le vilain petit canard, en fait. J’ai même subi une agression, et ma direction n’a pas bougé. J’ai fait une dépression, une T.S., j’ai perdu mon couple (27 ans ensemble) qui allait très bien, et ma maison.

 

Conclusion de mon expérience personnelle au travail :

 

Moi qui adorait travailler, qui était heureuse de vivre, qui était très gentille, et insoumise, je suis devenue aigrie, malade, sans joie, seule et complètement usée. Mais je reste une insoumise, et je ne me laisserai pas faire et je vais lutter pour que ces personne soient punies. Je ne sais si mon combat sera une réussite, mais au moins je ne baisserai pas les bras. Il faut être une femme pour savoir que le sexisme existe au travail. Enfin ce n’est pas totalement vrai, car tous les hommes ne sont pas ainsi. En plus c’était dans des conditions spéciales, ou j’étais la seule femme au milieu d’hommes primitifs. Par contre la différence de salaire et la promotion au sein de l’entreprise, restent les mêmes et sont toujours actuelles. Les femmes gagnent moins d’argent que les hommes pour travail égal, donc retraite moins élevée également. Et les postes importants restent toujours occupés en majorité par des hommes, alors qu’il est prouvé que les femmes réussissent mieux leurs études que le sexe masculin. sexisme

Il est évident que les femmes font peur au travail, car plus motivées, plus fines, plus intuitives et cela effraie la gente masculine, qui veut garder le pouvoir.

 

N’oubliez pas de partager et liker cet article si vous l’avez aimé.

Merci à vous de me suivre, et de m’encourager tous les jours.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.